21467349_mbleu

Qu’est-ce que la conception bioclimatique ?

[vc_row][vc_column width=”1/4″][/vc_column][vc_column width=”1/2″][pt_text text_align=”text-left”]

Vidéo de présentation d\’un projet présenté lors du concours UMF à Prague

[/pt_text][/vc_column][vc_column width=”1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/1″][pt_text text_align=”text-left”]

L\’architecture bioclimatique s\’inspire des techniques de constructions anciennes, qui s\’adaptaient à l\’environnement pour en tirer le meilleur.  Se protéger des rayons du soleil  grâce à la végétation, ou encore opter pour des matériaux adéquates, voici quelques règles du bioclimatisme. La RT 2012, qui a introduit la notion de construction bioclimatique, a également introduit un nouveau coefficient, dénommé BBiomax, pour “besoins bioclimatiques maximaux”.
La nouvelle loi impose en effet une exigence d’efficacité énergétique. La conception des constructions devra être optimisée, de manière à ce que l’habitation réclame le moins possible d’énergie, d’éclairage et de rafraîchissement. Exprimé en points, BBio détermine le bon niveau de conception bioclimatique du logement.

Mais qu’est-ce exactement que la conception bioclimatique ? Comment faire d\’une maison un lieu optimisé pour réaliser des économies d’énergies ?

Samuel Courgey, auteur d’un ouvrage sur le sujet, nous fournit une définition complète de ce terme : “Concevoir bioclimatique, c’est composer avec les atouts du lieu et des matériaux, pour parfaire un bâtiment par ailleurs déjà rendu efficace”.
Profiter des apports solaires gratuits pour chauffer l’eau.
Mais le bioclimatisme, c’est aussi une conception intelligente de la maison, en accord avec la géographie du lieu, pour réduire au final ses besoins en rafraîchissement et éclairage. “Une maison accolée à une butte sera isolée du vent, et se refroidira donc moins vite “,illustre Samuel Courgey.
Le bioclimatisme s’intéresse surtout aux apports solaires . L’idée est de se protéger au maximum des rayons du soleil

Remettre au goût du jour les techniques d’antan. “L’architecture bioclimatique est un concept très ancien, on parlait d’architecture vernaculaire, propre à un territoire donné”explique François Pélegrin, architecte. “On savait tirer partie de l’environnement et s’en protéger”.

“Le bioclimatisme est un concept, on parlera donc plutôt d’architecture ou de conception bioclimatique, plutôt que de maison bioclimatique”, précise Samuel Courgey. Contrairement aux constructions à basse consommation (BBC) ou passives (label PassivHaus par exemple), il n’y a pas de cahier des charges précis pour la conception bioclimatique. Son application est différente, que l’on soit à Lille ou à Pointe à Pitre, en bord de mer ou en altitude.
Quelques grandes règles existent cependant, pour optimiser la conception de la maison. Une étude précise du terrain, de son orientation et de sa végétation naturelle est indispensable. Un site à l’ombre d’une forêt, par exemple, n’est pas un emplacement idéal a Lille mais peut l’être aux antilles. “La réflexion bioclimatique intervient très tôt dans le projet”, souligne François Pélegrin. “Nous modélisons l’environnement, afin de simuler le comportement thermique de la future maison”.

Quel que soit le terrain, la maison doit être orientée côté par lequel elle captera les vents.
On essayera autant que possible de créer des pièces traversantes

C’est donc toute l’organisation intérieure de l’habitation qui est adaptée à l’environnement.
Les végétaux situés sur le terrain pourront bloquer les rayons du soleil, trop chaud. Un rempart naturel que l’on pourra remplacer, à défaut, par des stores ou pare-soleil.

François Pélegrin, de son côté, est plus ouvert : “Avec les techniques et outils de simulation actuels, on arrive à concevoir des maisons performantes avec tous les matériaux. Si le client tient à une ossature bois, à nous de trouver un moyen de compenser en introduisant d’autres matériaux ou d’autres structures”. Même chose pour l’isolation : “Elle doit être très performante, mais tous les matériaux sont permis”, ajoute Samuel Courgey.

Quel que soit le projet il est clair que la phase d’étude reste primordiale afin de garantir un vrai confort de vie.

[/pt_text][/vc_column][/vc_row]